A new great review in the french rock magazine KOID’9

Teaser 1

“On avait plus vraiment de nouvelles de Out5ide (ou Outside, ancien patronyme de la formation strasbourgeoises créee en 1996, qui a donc troqué son S par un 5 pour des raisons de visibilité sur internet – les groupes nommés ainsi pullulant visiblement !) depuis l’album The Limit paru chez Musea Parallele en 2011 (…) et après les albums Freedom en 2002 chroniqué dans le Koid’9 n°43 et Outside (Autoproduction) en 1998.

C’est donc avec plaisir (…) que l’on a découvert que la formation n’avait pas baissé les bras. Toujours composée des deux fondateurs du projet, le guitariste Philippe Rau et le batteur Olivier Sapte, c’est avec de tout nouveaux musiciens qu’elle se régénère: Olivier Schaal aux claviers, Laurent Hantz au chant et seconde guitare et enfin Matthieu Heise à la basse.

 

Le néo-prog délivré dans les opus précédents est ici quasi définitivement tombé aux oubliettes ! On a désormais affaire à un rock musclé, réminiscent à la fois de Pink Floyd (les narrations, le chant sur certains titres) et de …. David Bowie (la voix assez bluffante quoiqu’elle rappelle aussi Damian Wilson, excusez du peu !). On retiendra particulièrement un titre comme “Lost” où l’on croirait écouter un mix entre un inédit du groupe de Roger Waters circa The Wall… et un autre d’un Gazpacho énervé ! Où encore la balade “Ghosts in the night” où là encore l’ombre de Roger plane sur ce magnifique titre doté d’une basse somptueuse et d’un solo de gratte frippien àsouhait. “‘The Box” ressemble à du Supertramp mixé à du Led Zeppelin ou du Aerosmith, c’est assez étrange comme mélange mais toujours jouissif ! Certains titres s’orientent vers un truc qui me parle moins, comme ce “2 Late” un peu trop funky à mon goût… même si ça change du néo ! Je préfère des titres comme “Ogre in the desert” ou “The Plague is back”, dans la mouvance d’un Steven Wilson ou d’un Marillion. “My Rage of Glory” ressemble bizarrement à du … Eloy (le Pink Floyd teuton) tandis que sur “Merry-Go-Round”, on croise le fantôme de Lou Reed.

C’est dire si le groupe a plusieurs cordes à son arc ! Il est dommage que le groupe cantonne les claviers uniquement à des nappes. C’est peut être là qu’il faudrait chercher une marge de progression possible.”

Renaud Oualil, Koid’9 N°97